Articles

Plus de 20 navires polaires en construction

Vers un surtourisme sur le continent blanc ?

Depuis 30 ans, le tourisme austral connaît un essor notable et menace d’atteindre un niveau alarmant dans les prochaines années, avec le doublement annoncé du nombre de navires et de passagers concentrés sur une petite partie de la Péninsule Antarctique.

Roura128Le tourisme en région Antarctique est antérieur à la signature du traité de Washington signé le 1er décembre 1959 (ou traité sur l’Antarctique) . Il a été un sujet de discussion pour les Parties consultatives au traité sur l’Antarctique (RCTA) dès les premières réunions en 1961. La croissance du tourisme austral en particulier, est devenue un sujet de discussion dans les RCTA et dans les milieux académiques. Les premiers instruments de règlementation du tourisme adoptés aux RCTA concernaient les visites de stations, la protection de certains sites sensibles et de monuments historiques et l’interdiction de débarquement sur des îles nouvellement formées. En ce temps-là, peu de navires opéraient dans les eaux antarctiques avec seulement une centaine de visiteurs par saison.

40 ans de suivi satellitaire

2050 : l’océan Arctique libre de glaces en été

Sur les 4 décénies d’observations satellitaires, le constat de la réduction de l’étendue de la banquise arctique est sans appel avec une tendance négative pour tous les mois et toutes les saisons de l’année.

houssaisB128Le diagnostic de l’état des banquises arctique et antarctique s’appuie pour l’essentiel sur l’information recueillie par les satellites d’observation de la Terre qui sont les seuls à pouvoir fournir une vision globale dans l’espace et continue dans le temps. L’année 2019 clôt ainsi quatre décennies d’observation de l’évolution de la concentration de glace de mer (une mesure locale du pourcentage de surface océanique englacée) au-dessus des deux pôles, la série la plus longue d’observation globale de la banquise disponible à ce jour. De cette grandeur il est possible de déduire la limite du couvert total de glace et, ainsi, son étendue. Le constat de la réduction de l’étendue de la banquise arctique est sans appel sur les quatre dernières décennies, avec une tendance résolument négative de cette grandeur pour tous les mois et toutes les saisons...

Tourisme subarctique

Le tourisme "arctique" à l'épreuve des clichés occidentaux

A l'heure où le gouvernement provincial du Québec encourage le développement du tourisme dans son territoire du Nunavik habité essentiellement par des Inuit, l'enjeu consiste à déjouer les clichés et les idées reçues des voyageurs occidentaux pour favoriser la compréhension et la reconnaissance des traditions culturelles constitutives de l'identité Inuit. 

Antomarchi-128Le phénomène touristique, bien souvent et facilement décrié, oppose généralement le touriste au voyageur. Le sociologue français Jean –Didier Urbain, professeur à l’université Paris-Descartes, montre ainsi que, contrairement au voyageur considéré et respecté, le touriste, regardé avec mépris, serait « L’idiot du voyage », comme l’exprime explicitement le titre de son ouvrage publié en 1991. Cette activité, même si elle n’est pas neutre sur le plan environnemental et sociétal, peut pourtant aider les Inuit

Politique internationale

Vers une gouvernance de l'Océan Arctique

Exposé aux appétits des acteurs économiques et voué à une intensification des différends entre les cinq États riverains, il est urgent de réfléchir à une gouvernance internationale des activités en Arctique

choquet128Si jusqu’à présent l’Arctique était un territoire protégé par la glace, l’accélération de la fonte de la banquise ouvre aujourd’hui des perspectives accrues d’utilisation économique de la région. Les convoitises commerciales s’intensifient tant au niveau de la navigation commerciale qu’au niveau de l’exploitation de ses ressources notamment minérales. Plus encore que l’Antarctique, l’Arctique est confronté aux effets du changement climatique global et l’opinion publique s’intéresse de plus en plus à ces zones particulièrement sensibles de la planète. Si, de prime abord, les deux régions polaires semblent parentes en raison notamment de leur position géographique et de leur climat, la gestion des activités humaines qui y sont envisagées ne peut qu’être différente. En effet, les territoires...

Ethnographie

Comment les Inuit voient le réchauffement climatique

Le recul de la banquise hivernale en Arctique menace la pérennité de savoirs et de pratiques de vie séculaires intimement liées à la glace de mer. Une communauté de l’ouest du Groenland témoigne.

taverniers128Si le réchauffement de l’Arctique et le recul de la banquise inquiètent la communauté scientifique pour leurs effets amplificateurs sur le changement climatique global, il ne faut pas oublier que l’Arctique est un territoire habité par les hommes. Les Inuit, pour ne citer qu’eux, vivent sur les côtes du bassin arctique depuis plusieurs milliers d’années et la banquise est un élément essentiel de leur environnement et de leur vie quotidienne en hiver.

logo-cnrs logo-unesco logo-api logoCNL access-logo242

ipev200