Janvier 2020

Ségolène Royal
Ne tirez pas sur feu Michel Rocard !

Royal2

Ségolène Royal - © Le Cercle Polaire


Compte-tenu des liens qui ont existé entre l’association le Cercle Polaire, dont Michel Rocard était le président d’honneur et Laurent Mayet, son président, et la mission Pôles des Affaires étrangères créée en mars 2009 sur proposition de l’association le Cercle Polaire, et confiée à trois membres fondateurs de l’association (Michel Rocard, Laurent Mayet et Stanislas Pottier), nous nous gardions bien de faire des commentaires sur la mission Pôles de Ségolène Royal aux Affaires étrangères. Mais une limite a été franchie en décembre dernier. Vous avez touché à la mémoire de notre ami, de notre chef, de notre ancien président d’honneur, de notre regretté mentor Michel Rocard dont la combattivité et l’investissement à propos des enjeux du Grand Nord et du Grand Sud ont été unanimement saluées.

Venons-en aux propos de Ségolène Royal sur Michel Rocard. "Contrairement à ce qui a été affirmé, Michel Rocard n'allait pas à ces réunionsa soutenu Ségolène Royal le 16 janvier sur BFM TV au sujet de son prédécesseur, qui a occupé le poste de mars 2009 jusqu'à sa mort, en juillet 2016. "Moi j’ai fait vérifier par les archives du Quai d’Orsay, figurez-vous, il y a eu douze réunions du Conseil de l’Arctique pendant que Michel Rocard était en responsabilité, et il n’y a qu’une réunion à laquelle il est allé, la réunion du Senior Advisor Office, la réunion vraiment décisionnelle, les autres, il y a eu peut être quelques réunions ministérielles ou interministérielles, mais la réunion officielle du cercle de l’Arctique, Michel Rocard n’y est allé qu’une fois", a poursuivi l'ex-candidate à la présidentielle, ajoutant : "Le compte-rendu diplomatique fait bien état du fait qu’il était assez mécontent d’avoir fait le déplacement alors qu’on ne lui a pas donné la parole."

Hormis le fait que Ségolène Royal ne connait pas la signification de l’acronyme « SAO » pour « Senior Arctic Official » (et non « Senior Advisor Office »), elle se méprend sur la fonction des réunions « SAO » qui consistent en la préparation des réunions ministérielles et en un point sur l’avancement des travaux des six groupes de travail du conseil de l’Arctique. Apparemment, elle confond aussi les réunions du forum intergouvernemental du « conseil de l’Arctique » (en anglais, Arctic Council) avec les conférences informelles du Cercle Arctique (en anglais, Arctic Circle) à Reykjavik qui sont une sorte de foire internationale de l’Arctique où les experts de tous bords peuvent s’exprimer. Cette confusion des genres est regrettable et est peut-être à l’origine du fait que l’ambassadrice pour les pôles ne s’est jamais rendue à une réunion du conseil de l’Arctique, alors qu’elle n’a manqué aucune conférence annuelle (2017, 2018 et 2019) de la foire arctique de Reykjavik. Le rôle d’un diplomate est de représenter son pays dans les enceintes officielles, et dans une moindre mesure, dans les conférences et les événements culturels. Last but not least, si la présence d’une ambassadrice pour les pôles, ancienne ministre, de même que celle d’un ambassadeur pour les pôles, ancien Premier ministre, est valorisante et importante, au plan diplomatique, dans une réunion ministérielle, une réunion vice-ministérielle ou une conférence ministérielle du conseil de l’Arctique, elle n’est pas souhaitable dans le cadre d’une réunion technique de type « SAO ». De 2009 à 2015, la présence française aux réunions SAO a été assurée soit par la direction des Affaires juridiques, soit par le conseiller de Michel Rocard, Laurent Mayet, soit par un conseiller de l’ambassade de France du pays d’accueil de la réunion. Enfin, un autre enjeu hautement stratégique qui semble avoir complètement échappé à la sagacité de Ségolène Royal, la présence d’experts français dans les six groupes de travail du Conseil de l’Arctique. C’est dommage car il s’agit de l’axe d’influence majeur de la France au conseil de l’Arctique.

Maintenant que nous avons rappelé dans les grandes lignes, les codes, les usages et les règles des relations internationales au conseil de l’Arctique, nous donnons ci-dessous la liste des participations de l’ambassadeur Michel Rocard aux réunions du conseil de l’Arctique (réunion ministérielle, réunion vice-ministérielle, conférence ministérielle et réunion SAO) :

6 avril 2009 : Réunion conjointe du conseil de l’Arctique et des parties consultatives au traité sur l’Antarctique (RCTA) à l’occasion du 50ème anniversaire du Traité sur l’Antarctique, à Washington, présidée par la Secrétaire d’Etat Hilary Clinton. A peine nommé, le nouvel ambassadeur Michel Rocard fait le déplacement.

29 avril 2009 : réunion ministérielle du conseil de l’Arctique à Tromsø en Norvège. L’ambassadeur Michel Rocard fait le déplacement avec quatre collègues des Affaires étrangères dont son conseiller Laurent Mayet et l’ambassadrice de France en Norvège, Brigitte Collet.

27 mai 2010 : Michel Rocard se rend à une réunion vice-ministérielle du conseil de l’Arctique (deputy ministerial meeting) à Copenhague accompagné du Secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Claude Lellouche, et de son conseiller Laurent Mayet.

12 mai 2011 : Michel Rocard se rend à la réunion ministérielle du conseil de l’Arctique à Nuuk au Groenland accompagné de son conseiller Laurent Mayet.

28-29 mars 2012 : Michel Rocard se rend à une réunion SAO du Conseil de l’Arctique28-29 mars 2012 : Michel Rocard se rend à une réunion SAO du Conseil de l’Arctique

15 mai 2013 : Michel Rocard se rend à la réunion ministérielle de Kiruna en Suède avec le sous-directeur des Affaires juridiques Olivier Guyonvarch et son conseiller Laurent Mayet qui ne pourra assister à la réunion car les délégations des pays observateurs sont désormais limitées à deux délégués.

A partir de 2014, c’est son conseiller Laurent Mayet qui représentera Michel Rocard dans les réunions du conseil de l’Arctique en raison d’un état de santé un peu fragile, notamment à la réunion ministérielle de Iqaluit au Canada, les 24 et 25 avril 2015, où ce dernier sera d’ailleurs le seul représentant français.

31 août 2015 : Michel Rocard en compagnie de son conseiller Laurent Mayet se rendent à la sous présidence américaine à Anchorage en Alaska en présence du Président Barak Obama et des huit ministres des Etats arctiques. L’acharnement de Monsieur Rocard est tel qu’il fait le voyage avec une bonbonne d’oxygène.

En définitive, contrairement aux dires de Ségolène Royal, l’ambassadeur pour les pôles Michel Rocard s’est ainsi rendu à sept réunions du conseil de l’Arctique : trois réunions ministérielles, une réunion vice-ministérielle, une réunion SAO, une réunion ministérielle conjointe du conseil de l’Arctique et des parties au traité sur l’Antarctique, et enfin une conférence ministérielle du conseil de l’Arctique.

Puisqu’on s’en prend à la mémoire de l’ancien Premier ministre Michel Rocard, que le quotidien Libération avait baptisé le « petit père des pôles », rappelons que le 7 juillet 2016, lors de l’hommage national à l’ancien Premier ministre, l’ancien Président de la République François Hollande avait déclaré : « Michel Rocard fut le premier dirigeant à se mobiliser pour la sauvegarde des pôles. Son rôle et celui de son homologue australien, Robert Hawke fut décisif pour l’adoption du traité qui a consacré l’Antarctique, comme réserve naturelle dédiée à la paix et à la science, interdite à toute exploitation économique. Ce qui lui valu d’être nommé en 2009, Ambassadeur de France pour les pôles arctique et antarctique, une mission qu’il a prise avec beaucoup de cœur ».

Le Cercle Polaire

Pour en savoir plus :

Un ex-conseiller de Rocard sur l’Arctique : « Franchement, Ségolène Royal n’y connaît rien » Par Julien Martin et Maël Thierry, L’OBS, publié le 23 janvier 2020.

Rocard quasi-absent des réunions du conseil de l’Arctique. La défense trompeuse de Ségolène Royal. Par Guillaume Daudin, AFP Fast-checking, 20 janvier 2020.

logo-cnrs logo-unesco logo-api logoCNL access-logo242

ipev200